Contact : Philippe Lambinet - 07 77 89 01 69

Nos conseils sur le terrassement

Réalisation de travaux de terrassement à Toulouse en Haut Garonne et sur toute la France

Le terrassement est une étape très importante dans la construction d’une maison. Il est indispensable pour réaliser un bâtiment solide et dont les composants sont installés intelligemment pour éviter tout problème futur. 

Il consiste à préparer le sol en y ôtant les contraintes qui s’y trouvent comme les souches d’arbre, les herbes et la terre végétale. Il permet ainsi de modeler le terrain pour le rendre plat afin qu’il puisse bien recevoir le projet de construction.

Les travaux de terrassement peuvent aller de la construction d’une maison individuelle aux projets de grande envergure comme les travaux routiers ou ferroviaires, en passant par la construction de bâtiments commerciaux ou industriels. Ils peuvent aussi être nécessaires pour l’aménagement d’une terrasse ou d’un jardin. 

Les travaux de terrassement sont toujours utiles où que vous soyez en France. Alors, si vous décidez d’investir à Toulouse, par exemple, et que vous voulez y faire construire un local pour votre activité, ces travaux seront toujours indispensables. Il vous suffit juste de trouver les entreprises et les prestataires adéquats pour vous aider dans votre quête. 

Les différentes étapes des travaux de terrassement

Nombreuses sont les étapes à suivre dans la réalisation des travaux de terrassement. Elles sont toutes primordiales pour la pérennité d’une construction et elles se complètent entre elles. Elles sont souvent accomplies par un ouvrier spécialisé appelé « terrassier ». 

 

Étape 1 : L’étude du sol

L’étude du sol est une étape indispensable dans tout projet de construction. Cela consiste à déterminer la nature du sol pour savoir s’il conviendra aux futures fondations qui y seront mises en place. Les procédés y afférents sont effectués par un professionnel de la géotechnique. Le géotechnicien diagnostique le terrain pour en déduire sa composition. Pour ce faire, il effectue plusieurs actions. 

Une machine de forage est souvent utilisée pour faire une étude de sol. Elle a pour fonction de creuser un trou dans la terre. Le but du forage est d’exploiter le sol et d’obtenir des échantillons du sous-sol pour déterminer ses propriétés. 

L’étude du sol permet également d’analyser le comportement sismique du terrain choisi pour le projet de construction. Cette analyse de la situation géologique du terrain permet de prévenir et d’éviter les risques de sinistre. 

Cette étape permet aussi de définir sa sensibilité à l’eau pour pouvoir prendre les précautions nécessaires. Ainsi, si le terrain a une forte teneur en eau, il est nécessaire de mettre en place des installations pour pallier ce problème. 

 

Étape 2 : La préparation du terrain

Dans les travaux de terrassement, la préparation du terrain consiste à le borner. Le bornage permet de définir les limites de l’emplacement qui accueillera le projet de construction. Le terrain est limité de manière juridique et matérielle pour le séparer d’un autre terrain se trouvant à côté et appartenant à un autre propriétaire. Le bornage de terrain a pour but de s’assurer que la construction sera bien sûr votre propriété et n’empiète pas celle de votre voisin. Il permet aussi de déterminer la conformité de votre projet aux lois. 

Il y a deux manières d’effectuer un bornage de terrain : le bornage à l’amiable et le bornage par action judiciaire. Pour le bornage de terrain à l’amiable, les deux propriétaires de deux terrains contigus font appel à un géomètre. Ce professionnel se rend sur place pour fixer les limites des terrains. Après cela, il rédige un procès-verbal que les deux propriétaires doivent signer. Cet acte écrit est ensuite déposé chez un notaire pour être publié au livre foncier. 

Le bornage judiciaire, quant à lui, est nécessaire lorsque les deux propriétaires n’arrivent pas à trouver une entente pour le choix du géomètre-expert ou lorsqu’il y a une mésentente sur la délimitation des terrains. Ils doivent alors fournir au tribunal d’instance les documents prouvant qu’ils sont les propriétaires respectifs des terrains. Un géomètre sera alors désigné par le juge pour fixer les limites des propriétés. Le professionnel choisi pourra ensuite rédiger le procès-verbal relatif au bornage. 

Le rôle du géomètre, au-delà de fixer les limites du terrain, consiste aussi à identifier les parties du terrain qui sont idéales pour les canalisations. 

À Toulouse, il existe plusieurs cabinets de géomètres experts. Il faut juste veiller à consulter leurs offres et bien les comparer en leur demandant un devis. Il faut aussi s’assurer que le géomètre est disponible, car les services de ce professionnel sont très sollicités actuellement et il est bon de prévenir les pertes de temps occasionnées par cette situation. 

 

Étape 3 : L’extraction

L’extraction est une étape des travaux de terrassement qui nécessite l’intervention d’engins de chantiers. Il s’agit de véhicules comme la pelleteuse ou pelle hydraulique, le bulldozer ou bouteur, le chargeur ou chargeuse et la décapeuse ou scraper ou motor-scraper. Cette opération consiste à enlever de la terre pour les déplacer vers un autre point. 

Pour le bon déroulement de cette étape, il est conseillé de faire appel à une entreprise de terrassement ou opérant dans le domaine des travaux publics. En effet, c’est une tâche qui demande de la précision dans les volumes de terre à déplacer et dans ses tracés. 

À Toulouse, nombreuses sont les prestataires qui proposent ce service. Il faut juste s’informer sur les méthodes que chacun emploie pour trouver celui qui pourra effectuer l’extraction de façon rapide et efficace. 

Les particuliers peuvent réaliser eux-mêmes l’extraction. Cela exige, cependant, beaucoup d’attention et pourrait être synonyme de perte de temps et d’argent. 

 

Étape 4 : Les systèmes d’évacuation des eaux

C’est une étape très importante des travaux de terrassement. Il s’agit des appareillages et des conduites destinés à évacuer les eaux. Cela concerne les eaux de pluie, les eaux usées et les eaux-vannes qui, lorsqu’elles ne sont pas évacuées correctement, elles peuvent provoquer de nombreux dégâts. En effet, ces eaux peuvent s’infiltrer dans les murs ou stagner. Il faut alors mettre en place un système de canalisation efficace. 

L’évacuation des eaux pluviales est conçue dans le but de préserver la longévité de la future construction. Le système de gestion de ces eaux de pluie consiste à les évacuer vers un réseau collectif urbain et à les récupérer dans un puisard. Les eaux absorbées dans les puits permettent d’alimenter le réseau domestique du bâtiment et peuvent aussi être réutilisées pour l’entretien du jardin, par exemple. 

Les eaux-vannes correspondent aux eaux qui proviennent des toilettes. Elles sont constituées de matières fécales et d’urine et contiennent ainsi des matières organiques. Leur évacuation se fait à l’aide d’un assainissement non collectif comme la fosse septique et la microstation. On peut aussi utiliser un assainissement collectif en évacuant ces eaux vers un collecteur qui les renvoie vers une station d’épuration. 

Les eaux domestiques ou eaux ménagères sont évacuées de la même façon que les eaux-vannes. En effet, on peut aussi les évacuer avec un système d’assainissement collectif ou non collectif. Néanmoins, il est conseillé de séparer le système d’évacuation de ces deux types d’eaux. 

Pour éviter le ruissellement, il est nécessaire d’installer des drains et des caniveaux sur le terrain. Il faut se conformer aux recommandations du Plan Local d’Urbanisme et de la réglementation de la commune pour la mise en place des canalisations. 

Un système d’évacuation d’eaux efficaces garantit la stabilité du sol. 

 

Étape 5 : Le décaissement

Le décaissement consiste à enlever la couche supérieure du terrain pour le rendre stable. Ce procédé a pour but de mettre à niveau le terrain et d’enlever la partie végétale du sol. La couche solide du terrain apparaîtra, ce qui servira de base pour la future construction. 

Cette opération nécessite le recours aux engins de terrassement comme le bulldozer et la chargeuse-pelleteuse ou tractopelle. Lorsque la couche de terre supérieure est enlevée, la dameuse intervient pour finir le travail en tassant le sol. 

La couche de terre enlevée lors du décaissement est conservée pour être utilisée ultérieurement pour des plantations. En effet, elle est riche en matière organique. Elle peut aussi aider dans un aménagement annexe. 

Le coût d’un décaissement, appelé aussi décapage, est de 2 à 3 € le mètre carré. Il dépend de la taille de la surface à décaisser. 

 

Étape 6 : Les fouilles en tranchées

Une fouille est une opération qui consiste à faire une cavité dans le sol. Elle est, généralement, réalisée après décapage de la couche végétale supérieure du sol. Les fouilles sont effectuées pour réaliser les fondations, pour la pose des canalisations et pour dégager des volumes de terre des sous-sols. 

Il existe différents types de fouilles dans le domaine du bâtiment. On parle de fouilles en trachées lorsque la profondeur des creusements est supérieure à un mètre et quand leur largeur est inférieure ou égale à deux mètres. 

La fouille en trachée est réalisée par un terrassier qualifié pour identifier l’endroit à creuser et comment le faire. Les tranchées, nommées aussi « fonds de fouilles », sont destinées à être remplies, dans un premier temps, par du béton de propreté. Ensuite, elles accueillent une semelle en béton pour garantir la robustesse des fondations de la construction. 

Le coût de cette opération dépend du nombre de mètres cube de la cavité creusée sous terre. Le devis n’est disponible qu’après une étude complète et approfondie du projet de construction. 

Les fouilles en tranchées sont des opérations qui sont, généralement, risquées. Ces risques sont l’éboulement, le danger causé par les câbles électriques et engins explosifs enterrés sous le sol, la canalisation de gaz, etc. Il est donc indispensable de faire appel à un professionnel pour l’exécution des travaux. 

 

Étape 7 : La viabilisation

La viabilisation consiste à raccorder la construction aux réseaux d’eaux, d’électricité, de gaz et de câbles téléphoniques. L’installation et l’emplacement des différents tuyaux et câbles nécessaires à cela nécessitent un plan bien précis. Ce plan doit être défini avant que la construction ne débute. Les canalisations liées à ces réseaux doivent aussi être déterminées au préalable pour faciliter les travaux de viabilisation. 

Pour avoir une connaissance précise de ces différents réseaux, il est nécessaire de s’adresser à la mairie de la commune dans laquelle la construction aura lieu. Il faut y consulter le Plan Local d’Urbanisme (PLU) qui permet aussi de savoir la constructibilité de l’endroit où le terrain se situe. En effet, si le terrain n’est pas constructible, toute demande relative au projet sera refusée. Par contre, si le terrain est dans une zone constructible, la mairie délivrera un certificat d’urbanisme qui permet d’identifier les réseaux de canalisations relatives à la viabilisation. 

Il faut noter que chaque catégorie de réseau porte une couleur distincte pour faciliter le raccordement et pour faciliter les réparations qui pourraient survenir dans le futur. 

Le coût moyen d’une viabilisation varie de 5000 € à 15000 € selon les travaux à réaliser. Il est, cependant, nécessaire de consulter les devis proposés par les professionnels pour identifier la meilleure offre. Toulouse regorge de nombreux professionnels, ce qui garantit un large choix dans ces travaux. 

 

Étape 8 : Le remblaiement

Dans les travaux de terrassement, le remblaiement consiste à combler les trous et les creusages sur le terrain avec des matériaux spéciaux. On utilise généralement un mélange de gravats et de terre, mais on doit, souvent, choisir des matériaux appropriés aux endroits à boucher. Ainsi, le remblai peut être des déchets inertes, du calcaire, de la terre d’extraction, des cailloux, etc. 

Le remblaiement est une étape qui vise à redresser le sol en hauteur pour le stabiliser. Les matériaux de remblai sont compactés pour bien boucher les creux laissés après l’enterrement des canalisations et des caniveaux. Cette action est souvent précédée d’une pose de film géotextile qui permet de limiter la repousse d’herbes et pour que l’humidité du sol ne remonte pas. 

Le remblaiement est une opération qui nécessite l’intervention d’un professionnel, car c’est une étape à la fois importante et délicate. Il requiert également l’utilisation d’engins à chenilles qui facilitent la stabilisation du sol. 

Le remblaiement garantit la solidité des fondations. La plupart du temps, c’est une opération réglementée selon le document d’urbanisme de chaque commune. C’est le Plan Local d’Urbanisme qui définit les modes de terrassement permis ou non. La réalisation des surélévations est, le plus souvent, soumise à des normes visant au respect de l’environnement et des hygiènes. 

TSPA travaux publics à Toulouse

Les différents types de travaux de terrassement

Incontournable lors de rénovation, d’assainissement, d’agrandissement ou d’édification, le terrassement est un domaine d’action très large. Il comprend plusieurs travaux touchant la préparation et la modification de terrain en vue d’une construction.

Terrassement pour fondations

Le terrassement pour fondations fait partie des travaux de terrassement classique. Il est entrepris dans le cadre d’une extension ou d’une construction neuve. En effet, la fondation est incontournable lorsqu’il s’agit de l’édification d’un bâtiment. Ainsi, il est nécessaire de réaliser des fouilles une fois débarrassées de tout élément indésirable sur le terrain. Il existe plusieurs types de fouilles, à savoir les fouilles en rigole, les fouilles en tranchées, les fouilles en excavation, les fouilles en puits et les fouilles en pleine masse.

● Les fouilles en rigole

Les fouilles en rigole sont destinées à recevoir la semelle de fondation ainsi que le béton qui constitueront la base de la maison. 

● Les fouilles en tranchées

Larges d’environ 2 m et profondes d’au moins un mètre, les fouilles en tranchées peuvent servir à diverses réalisations. 

● Fouilles en excavation

Les fouilles en excavation sont, quant à elles, plus larges que les précédentes. Cela dit, elles sont peu profondes. En effet, l’enfoncement ne dépasse pas la moitié de la largeur des fouilles.

● Fouilles en puits 

Comme leur nom l’indique, les fouilles en puits s’inspirent d’un trou. Sa dimension horizontale ne dépasse pas les 1,20 mètre.

● Fouilles en pleine masse

Les derniers types de fouilles effectuées dans le cadre d’un terrassement pour fondations sont les fouilles en pleine masse. Il s’agit de travaux exécutés sur la totalité de la surface de construction. 

Lors du terrassement de fondations, il est également possible d’avoir recours à un décaissement d’une partie de la parcelle afin d’aplanir le terrain. Cette procédure est réalisée si le terrain concerné est en pente. Dans ce cas, un soutènement à palplanches pourra également se joindre au dispositif. 

Il est à noter que la mise en œuvre d’un terrassement pour fondations requiert la réalisation d’un diagnostic de la part d’un professionnel, autrement dit d’un terrassier. Le diagnostic comprend une étude du terrain afin de relever contrainte et possibilité concernant le projet. Il est également un élément clef pour établir un devis d’un terrassement classique. En effet, il permet de déterminer la nature du sol, les types d’engins à utiliser ou encore la quantité de terre à déblayer. Parmi les engins à utiliser, on compte la pelleteuse et le rouleau. Le camion benne est, quant à lui, requis pour déplacer la terre ou autre débris.

 

Terrassement pour assainissement

Un terrassier peut aussi intervenir dans le cadre de travaux pour assainissement. Il est à noter que ces derniers sont entrepris pour la collecte, le traitement et l’évacuation des eaux résiduelles. Dans ce cadre, il est possible de réaliser des fouilles en rigoles ou encore des fouilles en tranchées. Ces dernières vont accueillir des gaines techniques telles que les éléments de canalisation, les raccordements de piscine ou encore les tuyaux d’alimentation d’une fosse septique. Pour ce faire, il faut avoir recours à une mini pelle et des pelles manuelles. Un camion benne peut également être utile pour déplacer les débris.

 

Terrassement pour jardin

Le terrassement ne s’adresse pas seulement à la construction de futurs bâtiments. Ces travaux peuvent être exécutés dans le cadre d’une modification du terrain destiné à un jardin. En effet, pour embellir un espace vert, il est parfois nécessaire de créer des bassins. Ainsi, le terrassier peut effectuer des travaux d’extraction. L’extraction est par définition, l’enlèvement de la terre dans le dessein de préparer le terrain à la réception d’une structure. Dans ce contexte, le terrassier a recours à des engins de chantiers spécifiques, dont le bouteur. Cet outil est adapté pour le déplacement de petites masses sur moins de 50 m. Il est aussi communément appelé bulldozer. La pelle mécanique et la décapeuse entrent également en scène pour les travaux d’extractions. Il est bon de noter que le terrassement pour jardin ne se résume pas à l’excavation. Cette entreprise est un terrassement délicat qui mérite une grande dextérité. Au cours des travaux, niveler un terrain ou effectuer un remblai de terre peut s’avérer utile. Ainsi, des soutènements sont requis dans ce contexte. Quand un terrain présente une forte pente ou une zone trop accidentée, il faut avoir recours au remblai de terre. Ces travaux de terrassement consistent à aplanir le plus possible le terrain. Pour ce faire, le terrassier doit ajouter de la terre sur la zone à travailler. Généralement, ce rajout de terre est gardé en place grâce à un mur de soutènement. 

Il est nécessaire de s’informer avant d’effectuer le remblai. Dans certaines situations, les travaux ne peuvent être entrepris. C’est, par exemple, le cas si le terrain concerné se trouve dans une zone concernée par un plan de prévention des inondations. 

En outre, dans le cadre d’un remblai, il est nécessaire de prendre en compte le code de l’urbanisme. D’ailleurs, selon l’article R421-19, les exhaussements de plus de 2 mètres de hauteur et d’une superficie supérieure ou égale à 2 hectares doivent faire l’objet d’une demande de permis d’aménager. Il en va de même pour les exhaussements de plus de 2 mètres de hauteur et d’une superficie supérieure ou égale à 100 m².

Étant garant de la bonne tenue du revêtement, le remblai est à effectuer soigneusement. Le terrassier doit, en effet, étudier minutieusement le terrain afin de déterminer le type de sol à utiliser dans le cadre d’un remblai. Utilisée en sol humide, par exemple, la craie se désagrège pour créer une pâte générant des pressions et pouvant ainsi faire bouger la structure. Le grès, quant à lui, est certes résistant, mais il est fragmentable. Pour information, il est possible d’utiliser des matériaux de démolition pour faire un remblai. Briques, ciments et parpaings peuvent être mis à contribution. Les éléments enclins à subir des avarices sont à proscrire. Cela concerne le bois et les ferrailles par exemple. Il en va de même pour les matériaux susceptibles de gonfler au contact de l’humidité. 

 

Terrassement pour parking

Le terrassement pour parking est certainement le plus simple de tous. C’est une entreprise qui ne demande pas beaucoup d’outils. En effet, il suffit d’aplanir un terrain afin que les véhicules puissent y stationner. Pour ce faire, il faut se munir de pelles. 

 

Terrassement de piscine

Le terrassement intervient aussi dans le cadre d’un projet d’aménagement de piscine. Quel que soit le type choisi, il est nécessaire de faire une importante excavation. Celle-ci consiste à extraire une quantité considérable de terre sur un terrain. Cette technique est également mise en œuvre pour éliminer la couche vulnérable du terrain. Cette dernière contient des éléments susceptibles de se décomposer. Ces matériaux peuvent, en effet, fragiliser la stabilité du sol. 

Les outils utilisés dans le cadre d’une excavation varient en fonction du type de terrain. Pour une surface réduite, ce type de terrassement peut être fait à l’aide de simples pioches, de pelles et de brouettes. Pour les grands espaces, il est nécessaire d’avoir recours à des engins plus spécifiques tels que la décapeuse, le bulldozer ou encore l’excavatrice de tranchée. Le bulldozer est notamment utilisé pour les travaux de terrassement peu profond ou encore pour les travaux entrepris sur les terrains en pente. Les trancheuses et les pelles mécaniques servent, quant à elles, à réaliser les tranchées.

En ce qui concerne les gros chantiers, il n’est pas rare d’avoir recours à un dynamitage. Cette technique permet d’obtenir des résultats rapides et efficaces. Il est aussi possible d’avoir recours à la méthode d’excavation hydromécanique. Ce procédé consiste à travailler la masse de terre à partir d’eau sous pression ou de drague suceuse aspirant la boue. 

Entreprise de travaux publics et travaux forestiers

Les différents types d’engins pour les chantiers de terrassement

La pelleteuse

La pelle mécanique, plus connue sous le nom de pelleteuse, est un engin incontournable pour les travaux de terrassement. Elle est utilisée pour creuser, fouiller des tranchées, extraire des déblais et soulever de lourdes quantités de terre.

Utilité

La pelleteuse est un engin polyvalent qui sert à :

  • Décaper le terrain : enlever la couche superficielle du sol.
  • Décaisser le sol : déblayer une couche importante du sol pour obtenir un terrain à la surface plane.
  • Excaver : pour trouver une couche de sol ferme afin d’installer les fondations du bâtiment ou pour extraire de la terre qui va être évacuée ou utilisée sur le site.
  • Soulever des remblais : pour le déposer dans une benne ou le déplacer en vue d’une utilisation in situ.

Description

La pelle mécanique est constituée de :

  • moteur : motorisation diesel dans la majorité des cas ;  
  • châssis porteur et dispositif de marche (roues, chenilles, jambes articulées…) ;
  • système hydraulique (moteur hydraulique, réservoir et conduite d’huile, pompe, soupape de commande, vérin…) ;
  • dispositif de travail (le bras, la tige, les différents types de godets ou autres outils tels que les brise-roches, les grappins, les pelles de démolitions…) ;
  • tourelle pivotante qui fait office de cabine de commande pour le conducteur ;
  • Le système de commande.

Choix d’une pelleteuse 

  • Motorisation : entre 400 chevaux à plus de 3 800 chevaux. Plus elle est puissante, plus la pelleteuse peut effectuer des travaux de grande envergure (chantier de construction d’une usine par exemple).
  • Pelleteuse sur roues ou pelleteuse sur chenilles 
  • La pelle mécanique à chenille est recommandée pour les terrains meubles et les zones non nivelées. Par contre, elle est lente (5 km/h) et les chenilles ont tendance à s’user très vite sur les sols durs.
  • La pelle mécanique à roue est plus rapide, ce qui est bien pour les travaux qui nécessitent un déplacement fréquent. Elle est recommandée pour travailler sur une surface dure.
  • Déclinaison micropelle : petite et maniable (≤ 1 tonne), recommandée pour les petits travaux et les chantiers en zone étroite.
  • minipelle : peu encombrante (≤ 6 t), idéale pour creuser des fondations, effectuer des travaux de terrassement pour maison individuelle, aménager une tranchée de canalisation et caver un bassin pour piscine
  • pelle standard (≤ 30 t) : pour le terrassement sur des chantiers importants
  • pelle lourde : (≤ 100 t) : pour travailler sur un gros site.

Avantages d’une pelleteuse

C’est un engin polyvalent qui permet d’effectuer rapidement et avec peu d’effort tous les travaux de terrassement.

 

 

La chargeuse

La chargeuse ou le chargeur est un engin qui permet de charger et de déplacer rapidement une quantité importante de déblais (terres, gravats, décombres, etc.). Sa présence sur le chantier permet de relayer les travaux de la pelleteuse. À la différence d’une pelle mécanique dont le godet de cavage est muni de dents, le godet d’une chargeuse est parfois doté d’une lame à l’avant.

Utilité

  • Charger les camions : charger une quantité considérable de terres et d’autres matières excavées dans le but de les transporter vers un autre site (remblayage dans la construction d’une route par exemple).
  • Transporter et déplacer les déblais pour nettoyer après la pelle hydraulique.
  • Remblayer des trous, des tranchées ou des zones à combler.
  • Servir de matériel de manutention pour transporter des objets lourds (amas de pierres, bloc de béton, etc.).

Description

Les éléments importants d’une chargeuse sont :

  • la benne de grande taille qui sert à ramasser et à déverser les terres ;
  • le bras articulé qui permet à l’engin d’effectuer les mouvements nécessaires ;
  • moteur, cabine de commande et stabilisateur.

Choix de chargeuse

  • La capacité de la chargeuse est de 800 litres jusqu’à plus de 4 500 litres. La puissance de son moteur varie en fonction de cette capacité.
  • Variante : la chargeuse compacte qui est plus petite et très manœuvrable pour un site plus réduit (chantier en zone urbaine par exemple). 
  • Les chargeuses sur pneus sont préconisées s’il y a une distance à parcourir pour déplacer les déblais. Les pneus s’adaptent aussi au sol dur.
  • Les chargeuses sur chenilles sont recommandées sur les terrains difficiles et les sols meubles. Elles sont plus adaptées pour le chargement statique (chargement d’un camion).

Avantages d’une chargeuse

La chargeuse permet d’évacuer rapidement les terres excavées. Cette division de travail entre elle et la pelleteuse permet d’accélérer les travaux et de préparer le terrain à d’autres engins comme le compacteur.

 

 

Le compacteur  

Le rouleau compresseur, plus connu sous le nom de compacteur, est un engin qui sert à augmenter la densité des sols en remblais. Le compactage est obtenu grâce à la pression, le poids et la vibration exercés par les rouleaux compresseurs.  

Utilité

  • Le rouleau compresseur sert à tasser le sol remblayé. Cette action permet d’homogénéiser les différentes couches de remblais.
  • Ensuite, il compacte le sol afin de rendre le terrain plus stable, plus dense et moins perméable.
  • Cette machine permet aussi de lisser le sol et d’obtenir un terrain parfaitement plat.

Description

Le compacteur se distingue surtout par :

  • ses larges cylindres ou roues qui servent à compacter et lisser le sol ;
  • son poids lourd de 600 kg jusqu’à une vingtaine de tonnes.

Choix de compacteur

  • Compacteur à rouleaux duplex : petit engin qu’on peut manier à la main, idéale pour les chantiers de construction de maison individuelle  
  • Compacteur à rouleaux tandem vibrant : il se distingue par ses deux cylindres à l’avant et à l’arrière. Sa vibration permet de mieux tasser les sols à grains grossiers gravis.
  • Compacteur monobille : destiné aux gros chantiers. C’est l’engin idéal pour effectuer la finition d’un remblai. Il est plus économique à utiliser.
  • Il y a aussi les compacteurs pneumatiques et les compacteurs de tranchées, mais ceux-ci sont utilisés plutôt dans le cadre de la construction de route.
  • Il faut prendre en compte certaines caractéristiques techniques comme la puissance centrifuge de la machine, la largeur du cylindre, le taux de répétitions de la vibration du rouleau, le poids et la consommation en carburant.

Avantages de compacteur

Le compacteur est le garant de la compacité et de la stabilité du sol qui venait d’être modifié par les travaux de terrassement.

 

 

La tractopelle

La tractopelle ou chargeuse-pelleteuse, comme son nom l’indique, combine les fonctionnalités d’une chargeuse et d’une pelleteuse. Grâce aux deux godets différents (un à l’avant et un à l’arrière), elle permet à la fois d’excaver le terrain et de ramasser les déblais.

Utilité

  • Sa pelle permet de creuser, trancher et dégager les déblais.
  • Sa chargeuse frontale, quant à elle, sert à charger des matériaux, déplacer des gravats et des terres excavées ainsi qu’à transporter des objets sur le chantier.
  • Il est également possible de poser un autre outil tel que la brise-roche sur son bras articulé.

Description

La tractopelle se distingue surtout par :

  • Son godet avant ou chargeuse,
  •  Son godet arrière ou pelle rétro,
  • Ses béquilles stabilisatrices
  • Sa cabine qui n’est pas rotative, contrairement à une pelleteuse

Choix de tractopelle

  • Puissance de l’engin : vérifier la puissance du système hydraulique où réside la force de l’engin et la puissance de son moteur.
  • Examiner la capacité de la chargeuse et les performances de la pelle excavatrice (largeur, nombre de dents, profondeur maximale d’excavation…)
  • Avantages de la tractopelle

La polyvalence d’une chargeuse pelleteuse est très utile dans la construction de bâtiment. Il est recommandé pour les petits et moyens chantiers.

 

 

Le bulldozer

Le bulldozer ou tracteur à chenilles (ou à roues) est un engin muni d’une grosse lame profilée, actionnée par deux bras articulés. Il est utilisé pour pousser de grosses charges. C’est un des plus puissants engins de terrassement.

Utilité

  • Niveler différents types de terrains
  • Décaper la couche de sol végétal
  • Racler le sol pour ajuster le niveau
  • Renverser une description inutilisée
  • Déplacer les débris et gravats
  • Pousser une décapeuse

Description

Le bulldozer se distingue surtout par sa grosse et large lame ainsi que ses bras plus courts que ceux d’une pelle mécanique.

Choix de bulldozer

  • Puissance variant entre 25 et 1000 chevaux
  • Poids entre 5 tonnes et 100 tonnes
  • Lame :  
  • droite pour niveler ;
  • lame en U pour ramasser, déplacer et transporter des débris ; 
  • lame de profil intermédiaire pour combiner les deux fonctions

Avantages de bulldozer

Sa puissance permet de s’attaquer à différents types de sols.

 

 

La décapeuse

La décapeuse ou scraper est un engin qui permet d’araser le sol tout en extrayant des matériaux qui se trouvent sur son passage. Cet engin de BTP peut être utilisé dans le cadre de la fiabilisation d’un lotissement ou de la construction d’un projet immobilier.

Utilité

  • décaisser et araser le terrain,
  • enlever en même temps les terres et les débris qui dépassent le niveau voulu

Description

Les éléments distinctifs d’un scraper sont :

  • la benne avec tiroir éjecteur,
  • le tampon à l’arrière qui permet de le pousser avec un bulldozer,

Choix d’une décapeuse

  • décapeuse monomoteur : pour transporter des remblais de faible granulométrie sur une distance plus longue (jusqu’à 1 600 m)
  • décapeuse bimoteur : à utiliser sur une piste à forte résistance au roulement ou un terrain à forte pente.

Avantages de la décapeuse

La décapeuse aide à déplacer rapidement de gros volumes de déblais utiles lorsque les terres extraites sont à utiliser sur le chantier.

Idées pour des travaux de terrassement de construction en forte pente

La construction encastrée

Dans la construction encastrée, une grande partie du bâtiment est ajustée dans la pente. Généralement, c’est une partie des façades latérales et de la façade arrière qui est enterrée dans le sol. Ce style architectural respecte la typologie du terrain. De plus, la surface de l’emprise au sol ne change pas, même si le bâtiment comporte un ou plusieurs étages.

Le terrassement à faire

Il faut créer un terrain plan pour recevoir la construction. Il ne s’agit pas de raser tout le haut du sol, mais de creuser les flans pour permettre de bâtir à l’intérieur. Les travaux de terrassement sont beaucoup plus importants. Il faut faire des déblaiements et des remblaiements qui s’alternent à plusieurs reprises. Le sol doit être compacté à chaque fois, afin d’obtenir un terrain plat, solide et densifié. En plus de niveler le sol, il faut aussi aplanir les parois. Cette technique nécessite parfois la mise en place d’un système de soutènement pour assurer la solidité de l’ensemble de l’ouvrage, surtout pour les parties remblayées.

Les différents aménagements possibles

  • Dans le cadre d’une architecture bioclimatique, encastrer entièrement la façade nord permet de préserver l’habitat contre les vents et de stabiliser la température intérieure. Cela sert aussi à avoir une maison orientée plein sud pour profiter pleinement de la lumière du soleil.
  • Si le toit de la maison se trouve au même niveau que la chaussée, il est possible d’y aménager un garage, un jardin ou une piscine.

Les avantages de la construction encastrée

  • La maison bénéficie d’une bonne isolation thermique. La température intérieure reste ambiante en été comme en hiver, ce qui permet d’économiser de l’énergie (moins de dépense en chauffage et en climatisation).
  • Le bâtiment bénéficie d’un bon cachet grâce à son intégration au paysage.

Les inconvénients de la construction encastrée

  • La maison a un accès très limité.
  • Vu qu’une bonne partie de la construction est enveloppée dans le sol, la bâtisse comporte moins de fenêtres. C’est une bonne chose dans le sens où cela permet de réduire les ponts thermiques, mais l’intérieur bénéficie peu de lumière naturelle.

 

La construction en terrasse

Cette technique, appelée également construction en cascade ou en gradin, consiste à aménager le terrain pour créer des parcelles en escalier. La maison sera alors construite sur plusieurs niveaux suivant la disposition du terrain (un plancher pour chaque niveau ou demi-niveau). Lorsque la construction est sur pied, on remarque que plus on descend, plus elle se prolonge vers l’avant.

Le terrassement à faire

Ici, l’emprise au sol du bâtiment est repartie sur différentes hauteurs afin d’accompagner la pente du terrain. Cela nécessite des espaces plats aménagés sur différents niveaux. C’est là que le professionnel du terrassement entre en action pour mettre en forme le terrain selon le procédé du terrassement en cascade. Des travaux de décaissement, déblaiement et remblaiement sont alors nécessaires pour rendre le sol constructible.

Les différents aménagements possibles

  • Pour les pentes faibles et les pentes moyennes, le maître d’œuvre et le maître d’ouvrage peuvent se mettre d’accord sur la création de demi-niveaux. Les paliers seront agencés à quelques décimètres les uns des autres. Les blocs du bâtiment peuvent être positionnés côte à côte ou devant derrière selon l’orientation choisie par rapport au terrain.
  • Pour les pentes fortes, les différents niveaux sont décalés. Deux cas de figure se présentent : le garage et l’accès piétons sont aménagés dans le niveau supérieur si la route passe par là, ils sont aménagés dans le niveau inférieur si la route se trouve en contrebas.
  • Le propriétaire a le choix d’installer son séjour au niveau supérieur avec la perspective d’aménager une terrasse ou une verrière. Il peut aussi créer son séjour au niveau inférieur tout en créant, par exemple, une véranda qui se prolonge dans le jardin.

Les avantages de la construction en terrasse

  • Cette solution permet d’éviter un terrassement intensif. Le volume de déblais produit est assez faible.
  • Cette architecture est respectueuse du relief et de l’environnement de l’implantation de la maison.
  • Chaque niveau du bâtiment bénéficie d’une meilleure exposition à la lumière naturelle.

Les inconvénients de la construction en terrasse

  • L’accès intérieur de la maison est assez difficile. Déjà, il faut faire preuve d’ingéniosité et de savoir-faire technique pour créer une voie de communication entre chaque niveau. Ensuite, gravir des escaliers en pente raide peut devenir très vite fatigant. 

 

La construction en surplomb

Cette technique consiste à surélever la construction au-dessus du niveau du sol. Pour ce faire, une partie du bâtiment va être suspendue au-dessus du terrain à l’aide de piliers. Ces derniers servent à compenser le dénivelé tout en jouant le rôle de poteaux porteurs. Ce type d’architecture est également appelé construction sur pilotis ou construction en belvédère.

Le terrassement à faire

Ici, l’objectif est de conserver le mieux possible l’aspect géographique du terrain, en faisant en sorte que l’ouvrage s’y adapte. Le rôle du terrassier est d’aménager, selon le besoin, la partie haute du terrain pour recevoir une portion du plancher. Puis, il cherche dans les profondeurs du sol des appuis solides pour implanter les pilotis qui vont soutenir l’autre portion du plancher. À noter que la maison sur pilotis peut s’implanter sur tout type de sol, y compris sur les zones sujettes à des inondations. La stabilité et la sécurité de la bâtisse dépendent de la solidité et du bon ancrage des poutres.

Les différents types de pilotis

  • Le pilotis en bois : cette matière est facile à travailler et exige peu de travaux. Elle est solide et durable. Toutefois, le bois doit être bien traité pour résister à la putréfaction et aux attaques des nuisibles et des intempéries. Il faut aussi mentionner que ce matériau n’est pas fait pour supporter les charges d’une maison en béton. La poutre en bois est plus adaptée pour les édifices en bois et les chalets de montagne.
  • Le pilotis en acier : l’acier est très résistant, solide et dense. Cette structure offre une base consistante pour soutenir un duplex ou un triplex. L’acier doit faire également l’objet d’un traitement spécial comme l’antirouille, la galvanisation ou l’anticorrosion. Cette matière est recommandée pour les sols durs.
  • Le pilotis en béton : le béton est avant tout un soutien très solide et très résistant. Son principal avantage réside dans le fait qu’il peut être personnalisé selon le besoin. En effet, les poteaux en béton peuvent prendre un profil triangulaire, rectangulaire, carré ou cylindrique. La longueur et l’épaisseur des poteaux ainsi que le diamètre des fers de l’armature peuvent aussi varier en fonction des besoins. Le pilotis en béton est idéal pour la construction en forte pente. Il peut supporter de lourdes charges.

Les avantages de la construction en surplomb

  • Le sol subit peu de modifications : le décapage, le déblaiement et l’excavation à faire sont très minimes. Du coup, l’impact des travaux sur l’environnement et le paysage est très faible.
  • Le délai de la construction est plus court et son coût est moins onéreux.
  • Le dessous de la maison constitue un espace supplémentaire que le propriétaire peut aménager à sa guise (local technique, accès aux réseaux d’électricité et d’eau, garage, dans le cas où la route se trouve en contrebas, etc.).
  • Les pilotis apportent une réelle valeur ajoutée à la maison : le rendu esthétique est très original, les occupants bénéficient d’une vue panoramique.

Les inconvénients de la construction en surplomb

  • L’accès à la maison peut devenir problématique puisqu’il ne peut se faire que d’un seul côté. De plus, la construction qui n’est pas de plain-pied exige la création d’un escalier. Du coup, c’est moins confortable pour des personnes à mobilité réduite.
  • L’ajout des éléments tels que la rampe d’accès et la barrière de sécurité sur la façade ou la terrasse peut faire monter le coût de la construction.

 

La construction sur terrain modifié

Cette solution consiste à aplanir entièrement le terrain pentu pour éviter toute contrainte de niveau et d’accessibilité. Une fois le terrassement effectué, le propriétaire dispose d’un terrain plat entièrement constructible.

Le terrassement à faire

Ce type de construction exige des travaux de terrassement complet. Il faut déblayer le terrain, effectuer des remblayages sur place ou transporter les remblais ailleurs, créer des talus et des murs de soutènement, etc.

Les types d’aménagement possibles

  • Il n’y a pas de limite en matière d’architecture. Il suffit de respecter les servitudes existantes et de se conformer à son permis de construire.
  • Cette solution est parfaitement réalisable. Néanmoins, il faut confier sa réalisation à des professionnels. Cela permet de mener le chantier dans la règle de l’art. Mais cela constitue aussi une protection pour le propriétaire dans le cas où l’ouvrage subit ou cause de dommages.

Les avantages de la modification du terrain

  • Il est possible d’aménager la propriété à sa guise.
  • Le propriétaire a le choix sur l’orientation et les ouvertures de la maison.
  • L’accès à la maison est optimal.
  • Le terrassement permet d’obtenir des surfaces supplémentaires pour la cour ou le jardin.

Les inconvénients de la modification du terrain

  • Les travaux causent beaucoup d’impact à l’environnement. Ils modifient grandement le paysage.
  • Cette solution coûte également beaucoup plus cher.
Un entreprise de travaux d'accès difficile à Toulouse dans la Haute Garonne

Choses à savoir lors de travaux de terrassement dans le cadre d’aménagement paysager

Le terrassement et l’aménagement paysager 

Comme pour la construction d’un bâtiment, les travaux de terrassement sont aussi nécessaires lors d’un aménagement paysager. En effet, le terrain doit être préparé de manière à ce qu’il puisse accueillir les installations et les agencements souhaités. L’objectif étant de créer un espace extérieur harmonieux qui offre une valeur ajoutée à la maison et à son environnement. 

D’un côté, le maître d’œuvre possède un terrain doté de son paysage naturel et de son relief d’origine. De l’autre, il veut transformer ce terrain avec des plantations et des constructions pour en faire un espace de vie extérieure agréable, confortable et pleine d’ambiance. 

Pour concilier le projet envisagé avec l’existant, le terrassier entre en action. Les travaux de terrassement dans le cadre d’un aménagement paysager consistent à niveler et stabiliser le terrain, profiler le paysage, optimiser la surface exploitable, aménager des chemins d’accès, réaliser des évacuations, etc.

Les préalables 

Comme tout projet d’envergure, le terrassement pour l’aménagement extérieur nécessite une bonne préparation. Cela implique que le propriétaire doit effectuer quelques démarches avant de procéder à sa réalisation.  

● La conformité avec la loi

Il est conseillé de commencer par se renseigner sur les réglementations en vigueur auprès de la mairie. Le projet doit respecter les règlements d’urbanisme existant sur le territoire. L’obtention d’un permis de construction ou la déposition d’une déclaration préalable de travaux est notamment nécessaire. Le document exigé dépend de la catégorie et de l’ampleur du projet. Le professionnel de terrassement maîtrise très bien les lois et règlements locaux. Il peut accompagner le maître d’œuvre dans toutes les démarches administratives. 

● La viabilisation du terrain 

L’agencement extérieur est devenu aussi important que la construction d’un bâtiment. Pour pouvoir apprécier cet espace de vie outdoor autant que l’intérieur d’un habitat, le raccordement aux réseaux (électricité, eau…) est nécessaire. C’est le cas, par exemple, des jardins, des piscines et des aires de jeu. À noter que les travaux liés aux réseaux ne relèvent pas de la compétence du terrassier. 

● Les professionnels 

La consultation de professionnels est la meilleure démarche à adopter. L’architecte-paysagiste est en mesure d’élaborer le plan de l’aménagement extérieur répondant aux besoins du maître d’œuvre. Il tient également compte de la « poésie du lieu » et du rendu esthétique envisagé. Il se peut également que le projet nécessite la consultation en amont d’un jardinier paysagiste, d’un pisciniste ou d’un autre artisan. Tous ces professionnels doivent se concerter, car leurs réalisations sont interdépendantes. Et avant tout, le détenteur de projet doit consulter les devis de tous ces spécialistes. Cette initiative lui permet de choisir le prestataire qui propose une offre avantageuse et lui donne également un aperçu du budget qu’il doit préparer. 

 

Terrassier : un professionnel incontournable

Quel que soit le type d’aménagement paysager souhaité, le sol reste la structure sur laquelle va se reposer l’ensemble de l’ouvrage. Le terrain doit être solide et adapté à l’infrastructure à ériger. Pour cela, il faut entreprendre tous les travaux nécessaires pour éliminer les risques d’effondrement, de tassement ou de glissement de sols. Quels que soient les besoins (adoucir une pente, combler un creux, aplanir le terrain…), consulter une entreprise de terrassement est la meilleure des solutions. 

Le terrassier assure le bon déroulement des travaux. Il s’occupe de la prestation dans la règle de l’art, en utilisant les équipements adaptés et en travaillant avec une équipe qualifiée et expérimentée. Le terrassier professionnel peut effectuer en quelques heures ce que les amateurs n’arrivent pas à faire en plusieurs jours. De plus, ses compétences sont indispensables pour garantir la sécurité de l’infrastructure et la conformité du projet aux règles d’aménagement. 

 

Les rôles du terrassier

L’intervention du terrassier ne se limite pas au déblaiement et remblaiement. Il fait en sorte que les futures constructions puissent s’intégrer dans le paysage et s’adapte au climat de la région. Voici notamment les principales prestations de l’entreprise de terrassement. 

● Le décapage 

Le décapage consiste à extraire la terre végétale constituée de végétaux et de déchets organiques. Cette couche du sol est d’une grande utilité dans le cadre de l’aménagement paysager. Il importe alors de ne pas toucher les zones de plantation. Il est également possible d’importer les terres végétales qu’on vient de décaper ailleurs vers les zones à cultiver.

● Le déblai

Le déblaiement consiste à enlever une partie du terrain pour lui donner l’aspect final désiré. Pour ce faire, il faut aplanir tout le terrain ou une partie seulement, trouver une base solide pour les fondations, créer un relief personnalisé, etc. Les interventions des techniciens terrassiers sont en conformité avec le plan établi par l’architecte paysagiste. 

● L’excavation 

L’excavation consiste à creuser le sol et à en extraire une certaine quantité pour installer les fondations d’une construction (piscine, bain à remous, etc.). Il peut s’agir aussi du dragage d’un étang dans le but de l’élargir. 

● Le remblaiement

Le remblai sert à transformer le terrain en y ajoutant de nouvelles couches de sol qu’on vient de décaper, de déblayer ou d’excaver ailleurs. Le choix de remblai (terres, gravats, graviers concassés, etc.) dépend de l’utilisation du terrain. Le compactage permet d’homogénéiser et de raffermir la couche de sol nouvellement formée.  

● Réalisation des fosses de plantation

La plantation d’arbres et d’arbustes nécessite de creuser des trous larges et profonds pour que les racines puissent se développer aisément. Ces trous constituent la fosse de plantation. Le terrassier, avec l’engin adéquat, peut s’occuper de la réalisation de ces fosses dans la règle de l’art. 

● Talus, bordures et murs de soutènement

L’ajout de talus et de bordure nécessite le profilage du terrain. Pour sécuriser la pente et empêcher l’érosion, le terrassier est amené à installer un système de soutènement sur les flancs et les bordures du terrain. Cela implique la mise en forme desdits flancs et bordures pour qu’ils puissent accueillir une structure en béton ou un enrochement. L’objectif est d’éviter le glissement de terrain. 

● Aménagement de voies de circulation

L’aménagement de voies d’accès comprend la création d’allées piétonnes vers les différents points du site, ainsi que la mise en place d’allées carrossables vers le garage ou le parking. Ainsi, il est nécessaire de faire des travaux de décaissement de circulation. Il s’agit soit d’améliorer l’accessibilité en réduisant le dénivelé, soit d’enlever la couche de terre molle (boueuse et moins solide), soit les deux à la fois. À noter que la mise en place de pavés ou le bitumage de la voie d’accès ne fait pas partie des travaux de terrassement. Mais ils peuvent être réalisés par une même entreprise dans le cadre de deux prestations différentes. 

 

Matériels et engins

Le terrassement résidentiel nécessite l’utilisation de quelques équipements et de machines mécaniques. Voici quelques exemples d’engins utiles pour l’aménagement paysager. 

● Mini pelles et pelleteuses

La mini pelle est un engin maniable et petit (pesant moins de 6 tonnes), permettant de creuser des bassins, d’aménager des tranchées de canalisation ainsi que de terrasser les petits et moyens espaces. Les pelleteuses standards peuvent entrer en action si l’espace à aménager est assez grand. 

● Mini chargeuse 

La chargeuse permet d’enlever et de déplacer les terres et les matériaux excavés. 

● Microtracteur

Cette machine sert à effectuer les tâches de création de parterre et de terrain de culture et d’horticulture. Il peut également transporter les terres grâce à l’ajout d’une remorque. 

● Brouette motorisée 

C’est un matériel de choix pour transporter des remblais de 100 à 500 kg dans un terrain pentu. La brouette motorisée se faufile très bien dans un terrain étroit. Elle est très maniable, et son utilisation est très économique. 

Travaux d'accès difficile à Toulouse en Haute Garonne

Quelques idées d'aménagement possibles

Voici une liste non exhaustive d’aménagements qui mettront en valeur une propriété. 

Jardin extérieur 

Cet espace est destiné aux plantations (arbres, arbres fruitiers, arbustes, fleurs, et même des légumes). Des objets avec des fonctions décoratives peuvent aussi être installés dans le jardin. Ce dernier peut être une annexe de l’habitation ou bien éloigné de celle-ci. Les travaux de terrassement à mettre en œuvre dépendent de la qualité du sol, de son relief et aussi du type d’aménagement et de plantes voulues. Des allées, des escaliers, des rocailles, des muraux ou même un étang peuvent être créés. 

 

Prolongement de la maison vers l’extérieur 

La construction d’un chalet et la création d’un patio sont autant d’idées envisageables pour l’esthétique du jardin. L’idée est de créer un espace de vie extérieur pour profiter de la belle saison. 

 

Piscine extérieure

Pour les piscines encastrées au sol et construites généralement en béton, sa construction commence toujours par un terrassement. Il existe aussi d’autres types de piscines tels que les piscines encastrées, les piscines hors sols, les piscines en cascades, les piscines à débordements et les spas. Toutes ces constructions nécessitent de travaux de terrassement spécifiques. 

 

Parc et aire de jeux

Généralement à vocation publique, un parc s’étend  sur une grande superficie. Ces lieux sont d’une utilité publique capitale, en particulier en milieu urbain. Des aires de jeux peuvent aussi être installées dans le parc : toboggans, terrains de pétanques, bac à sable. On note également le nombre croissant de particuliers qui créent des espaces de loisirs et de jeux au sein de leur propriété. 

TSPA travaux publics à Toulouse

Choix de professionnel de terrassement

Le choix de prestataire pour les travaux de terrassement commence par la comparaison des devis. Cela dit, la consultation d’au moins deux entreprises est indispensable. Compte tenu du résultat escompté, la fixation de budget sera une référence dans la comparaison. Cependant, le budget ne doit pas être limitatif, un rapport qualité-prix est bien évidemment à considérer. Le terrassement étant une activité incontournable de l’aménagement, il faut faire bien.

 

Un prestataire qualifié pour des travaux de terrassement solide et répondant au projet

Le terrassier doit avoir le sens de l’organisation, vu les opérations qu’il aura à réaliser: des excavations, des remblais-déblais, des déplacements des terres… Il doit savoir optimiser ses ressources en déployant les engins et matériels proportionnels au site. Appelé à collaborer avec d’autres professionnels, le terrassier doit savoir s’adapter au plan de l’aménagement paysager et doit agir en facilitateur du travail du prochain intervenant. Pour s’assurer du  rendu de travail d’un prestataire, le client peut bien évidemment demander des références et même les contacter. Autre que la qualité du travail, un bon terrassier respecte  les délais et le prix dans son devis. 

 

Comparaison des offres de différentes entreprises de travaux de terrassement

Il faut savoir que le tarif de prestation de terrassement est très varié d’un professionnel à un autre. Le prix est normalement basé sur la nature et l’ampleur de travaux et du délai que prendra éventuellement la réalisation de ces derniers. Lors de la demande de devis, il est prudent de demander le maximum de détails. Au cas où, le prestataire a mis des réserves dans le devis, il est plus prudent de les considérer. Voici notamment les points importants qui définissent le coût des travaux : 

  • le type de prestation et les travaux  à réaliser (décapage, excavation, remblai…)
  • l’état et l’accessibilité du terrain
  • la surface (m2) et le volume (m3) à travailler 
  • la nature du sol  
  • le matériel et outillage adapté au sol
  • l’évacuation des remblais 

 

 Devis réalisés par les entreprises de Travaux publics proche de Toulouse en Haute Garonne

Le devis réalise par l’entreprise de travaux de terrassement n’engage pas le maître d’œuvre (le propriétaire du site à aménager). Pour le professionnel par contre, il présente le prix de l’ouvrage. Si ce dernier est sélectionné pour la prestation, il doit respecter la tarification mentionnée dans le devis. Tous les prestataires doivent fournir un devis après avoir écouté les besoins de son client et après avoir effectué une expertise sur le terrain. Un devis bien détaillé peut témoigner le savoir-faire, le sérieux et la fiabilité de l’entreprise. Ce document doit mentionner entre autres : 

  • la date prévisionnelle du début et de la fin des travaux 
  • l’ensemble des détails relatifs aux travaux et prestations 
  • le prix de la prestation.

 

Les assurances et les garanties délai 

L’entreprise de terrassement doit être détenteur d’une assurance décennale valide. C’est une obligation légale. Cette assurance garantit que le professionnel sera en mesure de procéder à la réparation ou de dédommager le propriétaire dans le cas où il y a un défaut d’ouvrage de terrassement dans les 10 ans suivant la réception des travaux. Avant de sélectionner votre prestataire, assurez-vous qu’il détient une assurance décennale.

TSPA, UNE ENTREPRISE DE TRAVAUX PUBLIC, de TRAVAUX FORESTIERS ET Spéciaux

Réussite

De nombreux clients et entreprises satisfaites de nos services.

Qualité

Un travail soigné par un professionnel passionné par son métier.

Ecologique

Nous préservons l'environnement en conservant la végétation et les arbres.

Goût des défis

Philippe aime les défis et il trouve toujours une solution pour vous.

Disponibilité géographique

Disponible en Haute Garonne et également sur toutes les régions et départements en France.

Tous publics

Les services sont ouverts aux entreprises, aux particuliers et aux associations sans exception.

TSPA travaux publics à Toulouse

TRAVAUX PUBLICS

Travaux de terrassement, démolition, réseau VRD, assainissement, drainage, soutien de talus, aménagement paysager et petite maçonnerie.

Travaux forestiers

Travaux forestiers : abattage mécanique, mise en place de rémanents, terrassement de potes, broyage.

Un entreprise de travaux d'accès difficile à Toulouse dans la Haute Garonne

travaux spéciaux

Travaux d'accès difficile, accès difficile aquatique, forte pente, travaux en montagne